Qui suis-je ?

Je m’appelle Anicet Honvo et je suis investisseur dans l’immobilier et entrepreneur. J’accompagne chaque jour des personnes motivées qui ont les mêmes objectifs que toi.

Je n’ai pas toujours été un investisseur libre. J’ai vécu une descente aux enfers en 2004 avec 30 000€ de dettes à rembourser et pas un sous en poche.

Pour sortir la tête de l’eau, j’en ai bien bavé, mais j’étais plus motivé que jamais et j‘ai donc tout fait pour transformer cet énorme échec en un gain et j’ai réussi ! J’ai investi dans mon premier immeuble de rapport en 2016 et j’ai pu gagner 11000€ en à peine un an.

J’ai grandi en région parisienne à Goussainville, dans le Val d’Oise. Je suis issue d’une famille très modeste de 4 enfants. J’étais le seul de ma fratrie à avoir certaines facilités dans les études, mes parents m’y ont donc poussé et j’ai obtenu un BAC +2.

Il faut que tu saches que je suis fils de deux ouvriers : un père électricien, une mère femme de ménage. Et pour compléter les fins de mois difficiles, mes parents enchainaient les petits boulots.

Et sans m’en rendre compte, mon rapport à l’argent s’est construit chaque jour sur ce modèle, basé sur les sacrifices, pour qu’aucun des enfants ne manque de rien. Jamais de vacances et des parents absents le soir.  Difficile d’avoir un état d’esprit positif, une vision d’abondance dans ce contexte, n‘est-ce pas ?

Puis, je suis rentré dans la vie active. J’avoue avoir eu un gros choc quand j’ai eu en mains ma 1re fiche de paie d’automaticien : 1100€ ! Autant dire qu’il fallait que je trouve un moyen de compléter mes revenus. J’avais des factures à payer, vous connaissez : loyer, eau, gaz, électricité, impôts, courses. Impossible de mettre de l’argent de côté pour avoir ne serait-ce qu’un petit filet de sécurité !

En 2004, je deviens papa. C’est un grand bonheur et en même temps, avec la naissance de mon fils, je découvre qu’on ne peut plus tenir ce même rythme de vie : un enfant, ça coûte cher ! Les factures s’accumulent et je perds le contrôle. Et je vous assure que c’est un sentiment terrible, ce sentiment d’impuissance. J’étais incapable de ramener suffisamment d’argent pour ma famille et de leur assurer une sécurité.

Sans parler de l’avenir, des études de mon fils, de tout ce qui m’attendait. À ce moment-là de ma vie, je me projette dans le futur et c’est très douloureux.

Sans même m’en rendre compte, je reproduis le schéma de mes parents avec un job de nuit en complément chez DHL.

Je dormais seulement 3/4h en moyenne pour gagner 200 à 300€ de plus !

Cette situation, cet engrenage duquel je n’arrivais pas à sortir, je ne le souhaite vraiment à personne même si je sais que vous êtes nombreux à le vivre : travailler plus pour gagner un peu plus pour profiter moins. Être un père absent, un mari fantôme. Cette situation a sans aucun doute été la cause de mon divorce.

En 2007, mon fils a 2 ans. Je commence à entendre parler de success-story avec l’immobilier alors je décide de tenter ma chance, sans formation, sans épargne ni filet de sécurité.

J’achète un appartement en espérant m’enrichir avec l’immobilier.

Quelle erreur ! Je n’avais construit aucun plan, fait presque aucun calcul, oublié les fiscalités, les taxes, les travaux, je ne savais pas calculer un rendement. J’ai eu les yeux plus gros que le ventre mais les épaules pas assez larges.

Forcément, s’en est suivie une descente aux enfers : travaux de copropriété, factures énormes, loyers impayés, insalubrité, emprunts. Mes biens n’étaient plus si rentables après tout ça.

Pire encore, j’ai perdu de l’argent et pas qu’un peu : 30 000€, une somme colossale pour moi à l’époque ! 4 ans à rembourser du capital et à sortir de l’argent de ma poche.

Pour augmenter mon salaire et tenter de m’en sortir, j’ai changé d’entreprise à 3 reprises. Au maximum, en 2014, je gagne 2200€.

Cette année-là, j’ai l’opportunité d’aller travailler en Suisse. C’est à ce moment-là que je prends la meilleure décision de ma vie… sortir de ma zone de confort ! Ou plutôt, de l’inertie dans laquelle j’étais plongé. Non, ma situation n’était pas confortable, il fallait que je me bouge pour gagner plus et m’offrir la vie dont j’avais toujours rêvé.

Je prends alors un nouveau départ et décide de tout recommencer à zéro.

Je regarde les marchés immobiliers proches de la Suisse comme le Doubs et la Haute-Savoie.

Je me forme pendant 1 an ½ sur l’immobilier et je me réconcilie avec l’argent.

Et ça, c’est une des plus grandes leçons que j’ai pu apprendre dans ma vie. Notre rapport à l’argent et à l’abondance conditionne tout, absolument tout !

Il suffit d’écouter quelques personnes qui se sont enrichies grâce à l’immobilier ou des grandes figures de réussite dans de nombreux domaines (Mickael Jordan, Steve Jobs) pour s’apercevoir que la façon dont on voit les choses, l’argent, les échecs, la vie, conditionne la suite des évènements.

J’ai changé mon regard, mais aussi mon intelligence des affaires, ce que j’appelle mon QI financier.

 En Suisse, j’ai découvert un autre modèle économique, une façon de fonctionner qui m’a ouvert les yeux. Un exemple tout bête : en Suisse, on paye très souvent en CASH, donc il est plus difficile de dépenser de grosses sommes sans réaliser ce que ça représente. L’argent passe sous nos yeux, dans nos mains c’est donc moins facile d’être dépensier qu’avec une carte bancaire.

C’est là que j’ai appris une grande leçon, et c’est la première leçon à retenir si tu veux te lancer dans l’immobilier : fais des économies, apprends à gérer ton argent correctement. Il te faut absolument un filet de sécurité, même si avec une bonne formation tu as bien sûr toutes les chances d’y arriver.

Ce filet de sécurité te permettra de dormir sur tes deux oreilles, surtout lorsque tu prendras un risque, même s’il est calculé.

Je reviens en 2016. Je ressors donc d’une formation intensive qui a duré un an et demi et là, mon état d’esprit a totalement changé. Virage à 180 degrés ! Je suis positif face à la vie, j’ai une pleine confiance en moi, suffisamment pour enfin me relancer dans le business immobilier de façon sereine.

Malgré mon expérience dramatique, je me dis alors que c’est un échec qui doit me servir, que je dois essayer encore, qu’il n’y a pas de hasard dans la vie.

En 2016, je fais l’acquisition d’un immeuble de 6 appartements qui dégage 1940€ de loyers mensuels pour une acquisition de 175 000€ soit une rentabilité brute de 13%. C’est le début de l’aventure ! Et de mon amour pour l’immobilier.

Pour réussir à résoudre un problème, il faut commencer par le comprendre !

Je suis persuadé que ce qui m’a permis de réussir, c’est cette analyse que j’ai faite de mon parcours, des raisons qui ont fait que je me suis retrouvé avec des dettes et la tête sous l’eau.

Arrivé à ce stade, deux choix s’offraient à moi : faire l’autruche ou agir.

J’ai décidé de réaliser un rêve et de me sauver en même temps. J’ai commencé à investir sur mon savoir : lire des livres, me former. J’ai aussi commencé à calculer. Eh oui, quand j’y repense, c’est fou ! J’ai enfin commencé à véritablement m’intéresser aux chiffres. Aujourd’hui, vous vous en doutez, je me demande comment j’ai pu penser une seule seconde faire fortune avec l’immobilier sans m’attarder sur les calculs de rentabilité et de cash-flow.

Aujourd’hui, j’ai compris comment investir efficacement et rentabiliser mes biens.

J’ai enfin pris le contrôle de mes investissements immobiliers et j’ai commencé à toucher du doigt mon objectif : devenir rentier. Après avoir touché le fond, j’ai réussi à gagner 11 000€ en un an avec un seul immeuble de rapport 💰💰

Passionné et amoureux de l’immobilier, j’ai commencé à conseiller des personnes autour de moi : elles ont rapidement obtenu les mêmes résultats que moi !