Quel est l’impact du coronavirus sur l’immobilier ?

Avec l’apparition de la pandémie, le gouvernement français, comme la plupart des pays touchés par le Covid-19, a pris des mesures strictes pour protéger les citoyens. Avec celles-ci, la plupart des activités sont mises à l’arrêt pour des raisons de sécurité nationale. Le marché foncier est également victime de cette pandémie et voit ses transactions chuter doucement, mais surement. Focus sur les réels impacts du coronavirus sur l’immobilier.

Le marché de la pierre en stand-by

Les mesures de confinement prises par l’État français auront certainement des répercussions négatives sur la croissance économique du pays. Avec l’apparition de la pandémie, ce sont tous les secteurs qui conditionnent le développement économique qui sont touchés. La pierre n’y fait pas exception. Les experts parlent même d’une récession difficile et compliquée.

Pour l’heure, les impacts de la crise du Covid-19 sur l’immobilier sont encore minimes. Avec le coronavirus, de nombreuses activités, y compris celles des agences immobilières, restent en suspens. Toutes les transactions (vente et achat) sont reportées. Certaines risquent même d’être annulées.

Les ventes qui n’ont pas été purgées jusqu’au 12 mars ont pu bénéficier d’une rétraction. Le délai imposé par l’ordonnance y afférant et sorti le 25 mars est fixé jusqu’au 3 juillet.

Impact du Coronavirus sur l'immobilier

Certaines agences continuent néanmoins de travailler à distance. Étant donné que les mesures sanitaires prises par l’État leur compliquent la tâche, la majorité de leur mission porte surtout sur les organisations de leurs dossiers. Les visites d’appartements ou de maisons s’avèrent compliquées. Selon le Directeur exécutif du réseau immobilier ERA, Eric Allouche, cela reste envisageable sur un plan purement théorique.

Les moyens digitaux peuvent éventuellement permettre aux acheteurs d’avoir un aperçu des logements mis en vente. Certaines agences mettent à leur disposition des photos et vidéos qui mettent en avant les points forts et les points faibles des biens. Néanmoins, tout cela reste très relatif. Pour pouvoir optimiser les transactions, les agences immobilières devront attendre la fin du confinement.

L’impact de la crise économique sur l’immobilier

Outre le fait de rendre impossibles toutes transactions immobilières, le coronavirus a également engendré une crise économique qui touche tous les grands acteurs économiques mondiaux. Cette crise aura certainement un impact négatif sur le secteur de l’immobilier, même si ce dernier est jugé par certains experts comme étant plus ou moins à l’abri.

crise économique 2020

Une baisse constatée sur les projets immobiliers en France

Une étude portant sur ce sujet a récemment été effectuée par la BVA, une société spécialisée dans les études, conseils et analyses comportementales. De ce sondage, une légère baisse sur les projets fonciers français a été constatée.

Depuis la mise en confinement général des habitants, le rapport prévisionnel portant sur les projets immobiliers devant avoir lieu au cours des 12 prochains mois a baissé. Selon les études, le taux des Français qui prévoyaient d’effectuer des transactions dans l’immobilier est passé de 17 à 15 %. Notez que ces résultats ne semblent concerner que certaines localités.

Dans les grandes agglomérations, à l’exemple de Paris, le taux portant sur les intentions d’achat se maintient toujours à 21 %. Cela est surtout dû au fait du dynamisme constant des grandes villes. Quoi qu’il en soit, le marché de l’immobilier reste encore en stand-by en raison des mesures de confinement.

Certains experts n’osent pas encore se prononcer quant à une éventuelle baisse des prix de l’immobilier prochainement. D’autres spécialistes affirment quant à eux, que cela va surtout se jouer suivant le moral des Français. Ce qui est certain, c’est que la baisse des prix dans le secteur immobilier dépendra surtout de la localité. Dans les grandes villes par exemple, les spécialistes estiment que le taux n’excèdera pas les 5 %.

L’effondrement du marché foncier est-il envisageable ?

Même si toutes activités foncières ont été mises à l’arrêt, les spéculateurs pensent que le marché de l’immobilier peut tenir le coup. Logiquement, le taux de la demande dans ce secteur ne risque pas de baisser. Disposer d’un bien et en être propriétaire demeure une valeur sûre.

Les personnes qui viennent de mettre en vente leur bien seront toujours en constante recherche de nouveaux logements. En dépit des mesures de confinement, ils peuvent toujours effectuer des recherches actives en passant par Internet. Au moment de la reprise des activités, les étudiants seront aussi amenés à rechercher des appartements, etc.

effondrement du marché immobilier

Les avis dans le secteur de la location restent plus mitigés. Tout va dépendre de la localité et du type de logement mis en location. Si l’État maintient les dispositifs qu’il a mis en place pour soutenir l’activité, un effondrement du marché immobilier n’est pas envisageable.

Les conséquences de cette pandémie sur le marché de la pierre selon les experts

Le Covid-19 a instauré un climat d’incertitude dans le secteur de l’immobilier. La Bourse s’effondre, ce qui apporte des répercussions désastreuses sur l’économie mondiale. La pandémie affecte également le moral des foyers qui s’étaient projetés dans de futurs investissements immobiliers. D’après certains spécialistes, seul l’or demeure comme étant une valeur sûre actuellement.

Si l’avenir de l’immobilier reste encore incertain, différents facteurs peuvent favoriser ou non son positionnement sur le marché de l’économie française. La durée de la crise sanitaire peut l’impacter d’une manière ou d’une autre. Il y a également la récession qui sera effective dès la levée des mesures de confinement. En revanche, la chute de la Bourse semble lui être profitable selon certains spécialistes.

Tout va dépendre de la durée de la crise

D’une façon concrète, le marché de l’immobilier ne devrait pas rencontrer d’à-coup majeur à la sortie de la crise selon Eric Allouche, un professionnel du secteur. Les bases sur lesquelles le marché foncier est fondé sont stables de manière générale. Étant un actif tangible, la valeur de l’immobilier demeure intemporelle.

Qui plus est, les biens fonciers répondent à une appétence primaire des gens. Ce qui implique une pérennité de la demande en dépit de l’impact du coronavirus sur l’économie. Ce qui inquiète le plus en revanche, c’est la durée que prendra la crise sanitaire dans laquelle le pays est plongé.

impact du coronavirus sur l'immobilier

Si celle-ci est prolongée ou perdure, il est fort probable que les effets se fassent ressentir d’une manière ou d’une autre sur le marché de l’immobilier, à court et à long terme. Pour cette raison (et surtout par preuve de civisme), il reste primordial de respecter les mesures de confinement établies par le gouvernement.

Pour supporter la relance future des activités, les autorités monétaires ainsi que l’État mettent en place des dispositifs qui permettent de maintenir les taux d’intérêt au plus bas.

Une récession qui s’annonce compliquée

Forcément, une fois les mesures de confinement levées, la relance de l’économie risque d’être assez compliquée. Notez que le Covid-19 touche actuellement tous les continents du monde. Pour cette raison, les experts pensent que même si l’État réussit à se relever, la récession peut s’avérer difficile.

La croissance économique tournera forcément au ralenti dans un premier temps. Ce qui ne fera qu’augmenter un peu plus l’écart de production sur les potentialités de croissance du pays. D’un point de vue spéculatif, l’économie du pays ne pourra rattraper le retard engrangé durant le premier trimestre de cette année 2020 qu’en 2022.

Il faut aussi analyser l’impact réel de la crise sanitaire sur l’économie. Certaines entreprises rencontrent actuellement des difficultés et il est probable que le taux de chômage dans certains secteurs soit élevé. Les mesures prises par l’État français visent surtout à amoindrir le choc occasionné par la pandémie.

Tout cela dans l’optique d’être par la suite en mesure de modérer un tant soit peu la récession qui s’annonce. Si effectivement l’économie du pays repart assez rapidement, le secteur de l’immobilier ne risquera rien. Dans le cas contraire, les valeurs de l’immobilier peuvent en souffrir.

Une crise qui peut servir l’immobilier

Face au coronavirus, les actions et valeurs en Bourse rencontrent de grandes difficultés. Si le secteur foncier est également touché par cette baisse des prix à l’heure actuelle, les impacts restent minimes selon les notaires. D’après ces derniers, la chute de la Bourse pourrait même servir de tremplin à la relance du marché immobilier. Même si les prix fonciers chutent, les taux n’excèderont pas les 10 à 15 %.

Du point de vue d’Axel de Tarlé, un spécialiste en économie, les placements dans l’immobilier restent plus sûrs comparés à ceux effectués en Bourse. Il affirme même que le marché immobilier est plus susceptible de tirer à son avantage cette crise économique qui touche les pays à l’échelle mondiale. À son sens, la pandémie qui sévit actuellement ne risque pas d’occasionner une baisse fulgurante des prix de l’immobilier.

relance du marché immobilier

Pour l’heure, le secteur de l’immobilier n’est pas fortement touché par les répercussions économiques engendrées par le Covid-19. En revanche, peut rentrer dans une période à vide. Après les mesures de confinement viendra la récession accrue par un taux de chômage partiel assez conséquent. Dans cette situation, les foyers désireux d’acheter seront plus enclins à revoir leur décision ou à reporter leur projet pour des jours meilleurs.

Notez qu’avec l’extension des mesures sanitaires appliquées par la majorité des grands pays, la Bourse a complètement dévissé de 30 %, voire un peu plus. Toujours selon Axel de Tarlé, c’est justement cet état de fait qui peut jouer en faveur du secteur immobilier. Investir en Bourse s’avère plus risqué en temps de crise. La pierre, elle, demeure plus sécuritaire.

D’après cet expert, l’effondrement des valeurs mobilières ne peut qu’être profitable aux valeurs immobilières. Les gens trouvent plus confortant d’investir dans un bien immobilier dans la mesure où, premièrement, cela leur permet d’avoir un toit sous lequel se loger. Deuxièmement, mettre celui-ci en location demeure une garantie qui leur permet de bénéficier d’une source de revenus si jamais crise il y a.

Vous pouvez télécharger une formation de 4 modules sur l’investissement immobilier en cliquant ICI

Voir Aussi

Comment le coronavirus tue la bourse

Comment le coronavirus tue la bourse ?

Tout droit venu de chez nos voisins asiatiques, le coronavirus est arrivé en France il …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :