Osez la négociation !

Comment négocier dans l'immobilier

Comment négocier dans l'immobilier

Bonjour les investisseurs, j’ai l’honneur de publier l’article d’Émeric du Blog Mission Investisseur Immeuble qui nous partage l’art de la négociation avec des astuces et des exemples concrets. Très bonne lecture.

 

Beaucoup n’osent pas la négociation… Et pourtant, ils auraient tellement à y gagner ! Et d’autant plus

dans le domaine de l’immobilier. Je suis convaincu que tout le monde a déjà négocié et que tout le monde a obtenu au moins une petite ristourne. Mais bizarrement, lorsqu’il s’agit de négocier des milliers d’euros pour une maison ou un appartement, il n’y a plus grand monde… Pourquoi cela ?

Obtenez votre prix ou laissez tomber

C’est un constat que j’ai fait depuis que je m’intéresse à l’immobilier. Avant, lorsque je voulais absolument quelque chose qui me paraissait cher, j’économisais pour pouvoir me l’acheter. C’est ce qu’on fait tous, j’imagine ! Ou presque. Aujourd’hui, je ne réfléchis plus ainsi. En effet, j’ai pris conscience en me formant à l’immobilier que, si on demande, on a des chances d’obtenir ce qu’on veut.

 

Retenez : « si on demande, on a des chances d’obtenir ce qu’on veut »

 

Beaucoup sont intéressés par l’achat d’une résidence principale. Souvent, ils visitent une maison qui leur plaît, mais du fait qu’elle soit trop chère, ils ne vont pas faire d’offre ! Et vont plutôt se tourner vers un bien qui correspond plus à leur budget, mais moins à leur goût. Dommage !

  • Raisons d’une baisse de prix

De nombreuses raisons font que cette maison puisse être négociable.

  • Elle peut être surévaluée par le vendeur
  • Le vendeur peut être pressé de vendre
  • La maison peut être sur le marché depuis des mois
  • La maison peut ne plaire qu’à vous
  • Etc…

Tant de raisons peuvent exister. On ne connaît pas le montant jusqu’au quel le vendeur serait prêt à descendre pour vendre sa maison. C’est pour cela qu’il faut négocier. Faites une offre qui vous semble le juste prix. Ou plutôt, le prix que vous seriez prêt à investir pour acheter cette maison.

Lisez aussi : « Etude de marché immobilier »

Des exemples concrets de négociation en immobilier

Dans cet article, je vais vous faire mon retour d’expérience sur des situations de négociation en mentionnant des exemples concrets qui se sont déroulés lors de mon premier investissement immobilier. Et vous verrez, que rien qu’ici, il y a déjà beaucoup de choses à négocier. Des milliers d’euros d’économisés. Je vais également vous montrer comment je suis parvenu (parfois) à acheter au prix que je voulais initialement.

Je tiens à vous préciser que les techniques de négociation ci-dessous, reflètent ma propre expérience et ne marcheront pas forcément pour vous en fonction du contexte et de votre interlocuteur. Mais je vous conseille de tester ces méthodes pour gagner en expérience et en confiance.

 

  • Exemple 1 : négociation du prix d’un appartement

Mon premier exemple, c’est mon plus gros succès de négociation. Et en suis fier. Même si vous allez le voir, il n’y a pas eu tant de négociation 😉

J’ai acheté en 2017 un appartement de type 2 sur Annemasse. Le bien était sur le marché depuis plusieurs mois. Il s’agissait d’un héritage. Le bon type de vendeur ! Honnêtement, je n’ai pas vu ce bien dans les annonces dès le moment où il a été publié, car il avait été surévalué et mes alertes le viraient systématiquement des listes de recherche. Il était alors affiché 174.000€ pour 44m2. On est d’accord, le vendeur a voulu en faire qu’à sa tête et le bien ne valait pas ce montant, loin de là.

Prix du marché pour ce bien « à l’époque » environ 140.000€.

Le temps est passé et le vendeur ne voyant pas venir les potentiels acquéreurs, il a décidé de baisser son prix à 129.000€. En effet, il n’avait plus beaucoup de temps pour réaliser la vente et commençait à se mettre la pression. Une fois la baisse effective, le bien est apparu dans mes listes de recherche.

Après avoir visité le bien, j’ai estimé brièvement les travaux à environ 12.000€ (salle de bains à refaire de A à Z et rafraîchissement des autres parties). Et j’ai fait une offre, d’après moi, agressive à 108.000€.

 

On arrivait ainsi à 120.000€ travaux inclus

 

L’agence m’a dit que 115.000€ grand minimum pourrait éventuellement passer, mais pas 108.000€. Je n’ai pas augmenté mon offre et ai laissé faire l’agence… Le lendemain, l’agence voyait le vendeur qui en réalité était une femme veuve et son fils. Et devinez quoi ? Mon offre a été acceptée sans contre-offre ! Rapide négociation !

Résultat = 129.000 -108.000 = 21.000€ d’économie

Leçon : ne pas hésiter à faire des offres agressives tant qu’elles sont justifiables.

 

En complément, lisez mon article : « Ma technique pour négocier un bien immobilier »

 

  • Exemple 2 : négociation des frais de dossier de la banque

Ma demande de financement pour ce bien a été un peu agitée. Et pas à cause de mon courtier, mais à cause de la banque elle-même qui ralentissait le processus de publication d’une offre de prêt. Bref, je vous passe tous les détails, j’ai râlé un peu, car il s’agissait de mon premier investissement et j’étais stressé de ne pas avoir une offre dans les temps. Le courtier a vu avec la banque. Ils ont décidé ensemble de baisser les frais de dossier.

Résultat = 900 – 600 = 300€ d’économie

 

Leçon : Donnez votre avis lorsque vous faites appel à un professionnel et que vous n’êtes pas satisfait du service.

 

  • Exemple 3 : négociation des meubles

Pour meubler ce même appartement, je me suis pas mal servi dans un magasin d’occasion. En choisissant des meubles de bonne qualité bien sûr. Je me suis rendu une première fois dans ce magasin pour regarder ce qu’il y avait et taper la conversation avec les vendeurs (information importante !). Et puis j’ai réservé quelques meubles pas trop chers en mentionnant que je passerai les chercher quelques jours plus tard. Ils m’ont alors pris un acompte. J’en avais également profité pour repérer d’autres objets plus volumineux et plus chers qui m’intéressaient, mais sans les réserver ceux-là.

J’ai donc loué un camion et suis repassé plus tard. Une fois les meubles réservés chargés, j’en ai profité pour refaire un tour dans le magasin. Je suis allé voir le vendeur du magasin bien sympa et lui ai dit « je prendrais aussi ce canapé-lit et ce meuble TV en plus. Puis ce tableau design. Est-ce que je peux les avoir pour 300€ ? ». Il a regardé ses feuilles puis a fait une contre-offre qui me convenait complètement. Le deal a eu lieu !

Pourquoi m’a-t-il fait une réduction ?

  1. Je l’ai demandé
  2. J’avais été sympa avec lui en discutant la première fois. Le côté humain est important.
  3. Je venais d’acheter d’autres objets et devenais ainsi le gros client de la journée.
  4. Il a fait un geste commercial, car je pourrais revenir plus tard.

Résultat = environ 150€ d’économie

 

Leçon : Créez un bon feeling avec les vendeurs, les prestataires de services. Le résultat ne sera que positif.

 

  • Exemple 4 : négociation et délégation

La stratégie de location adoptée pour cet appartement est la location courte durée. Je suis encore en phase d’automatisation. Le ménage étant déjà délégué pour 20€, le plus compliqué pour moi était après de résoudre le problème des corvées de linge. J’avais fait faire des devis par des blanchisseries, mais ils étaient toujours trop élevés. Le prix de la femme de ménage me « mangeait » quasi tout mon budget ménage.

Je me suis donc mis d’accord avec une blanchisserie locale en demandant à discuter avec le grand chef. Je lui ai dit que j’avais ouvert un logement type Airbnb et que je cherchais un partenaire régulier pour gérer le linge. Il m’a demandé la fréquence et la quantité de linge que j’aurai à laver/repasser. C’est ce qui l’intéresse forcément ! On s’est mis d’accord sur le nettoyage « par sac » à chaque réservation (repassage des housses de couette incluses).

Les devis que j’avais fait faire précédemment étaient extrêmement chers, car ils facturaient à l’unité (une serviette = x€, un drap = y€…). Au plus bas, les devis atteignaient 25€ et encore, je n’avais pas toujours le repassage. Aujourd’hui, on est en phase d’essai avec ce partenaire. Pour 18€, j’ai l’ensemble du linge de nettoyé et repassé. Chaque euro compte dans le prix de la nuit !

Résultat = 25-18€ = 7€/séjour d’économie et moins de stress !

 

Leçon : Osez parler avec la direction s’il le faut. Expliquez l’avantage gagnant/gagnant à tirer de l’opération.

Conclusion

Vous ne perdez rien à demander une baisse de prix. Au pire, on vous refuse cette baisse. Au mieux, vous obtenez un meilleur prix. Donc n’hésitez pas et osez demander !

Soyez humain. Les vendeurs sont des personnes comme vous et moi. Ils sont plus ou moins sensibles à votre comportement. Souriez. Ça facilitera la négociation.

Lorsque vous êtes déçu du service ou d’un produit que vous avez achetez, dites-le ! Les critiques sont toujours positives pour le vendeur pour s’améliorer. Mais aussi vous obtiendrez parfois une remise ou autre type de réduction.

En parlant avec les gens, c’est là où vous aurez le plus de chance d’obtenir ce que vous recherchez. Si vous n’êtes pas à l’aise avec la négociation, je vous invite à la pratiquer d’abord avec de petits montants. Puis, lorsque vous devenez plus confiant, vous pourrez passer à un niveau plus élevé. N’oubliez pas : en négociant le prix d’un appartement ou d’un immeuble, vous économiserez des milliers d’euros. Des euros qui sont tout de même mieux dans votre poche que dans celle du vendeur 😊 Alors je ne vous retiens plus, allez négocier !

 

Je tiens à remercier Anicet, pour m’avoir permis de poster cet article sur son blog.