Comment investir en tant que non-résident ? L’apport est conséquent

 

 

La question que j’ai relevé et celle d’Immo-gagnant, un abonné dont la chaîne est la suivante : http://bit.ly/2nqzKi5

L’un de ses abonnés vit en Angleterre et souhaite investir en France. Mais il rencontre des difficultés. Les banques françaises lui ont demandé un apport de 40% et il m’a demandé s’il y a une astuce pour contourner cette règle.

La complexité du statut de non-résident

C’est compliqué d’investir en France quand on a un statut de non-résident. Je parle en connaissance de cause. Un non-résident a un excellent profil parce qu’il touche un salaire important. Mais le problème c’est qu’il a du mal à emprunter auprès des banques parce qu’il ne dispose pas de la fiche d’imposition. C’est donc compliqué de les assurer et de leur octroyer un financement.

Pour financer mon immeuble de rapport, j’ai dû faire la tournée des banques. On m’a demandé des apports de 20%, 30% et même à 40%. On m’a même demandé de bloquer mon assurance-vie et mon compte pour avoir une garantie.

Les astuces pour contourner la règle

Astuce 1 : Contacter les courtiers spécialisés pour les non-résidents

Comme il vit en Angleterre et qu’il veut investir en France, il peut contacter les courtiers qui sont spécialisés pour les non-résidents. De mémoire, il y a Crédit International. Par contre ils demandent 20% d’apport. Ce qui représente beaucoup d’argent.

Astuce 2 : Eviter les grosses banques et faire soi-même le tour des petites banques

Etant donné qu’il est non-résident, il doit éviter les grosses banques. Cela entend les grands groupes qui empêchent une banque de prendre des décisions indépendamment des autres membres. Au sein des grands groupes, le dossier doit passer par une commission et par plusieurs étapes avant la validation. Cela complique la procédure.

En général, les grands groupes sont les banques qui ont une filiale comme BNP, Société Générale, Crédit Lyonnais. Toutes ces banques sont en réseau entre elles.

Auprès des petites banques comme la CIC, les décisions sont prises en interne. Ainsi, il aura plus de chances d’obtenir un crédit en non-propriétaire. Comme petites banques, tu as par exemple ; CIC, Caisse d’épargne, Crédit Mutuel ou la Brède.

Il est aussi important qu’il fasse lui-même le tour de ces petites banques.

Astuce 3 : Viser les petites banques situées dans les villages

Il doit choisir les petites banques qui sont situées dans les villages qui ne comptent pas beaucoup d’habitants. Comme il est un non-résident qui veut investir dans un immeuble de rapport, ils le verront comme un gros client.

En général, les petites banques ont un chiffre d’affaire à atteindre. Il faut donc solliciter leur service à partir du mois de septembre pour qu’elle soit favorable à l’accord du crédit.

Investissement en SCI

Comme il est non-résident, il envisage d’investir en SCI ou Société Civile Immobilière avec sa sœur qui habite en France. En procédant ainsi, la SCI sera française. Comme c’est la SCI qui va emprunter, cela passera beaucoup plus facilement. Et selon mes connaissances, c’est le CIC qui accorde les crédits aux SCI composées de non-résident et de résident français.

Pour plus d’informations au sujet de la SCI, je t’invite à regarder la vidéo qui explique pourquoi j’ai décidé de créer une SCI. Tu peux également me contacter directement et je prendrais le temps de te répondre dans les détails.

 

A la prochaine ! Ciao !